Le réseau de restaurants de quartier, notamment celui de Perrache à Lyon, offre l’opportunité aux clients de venir cuisiner des menus anti-gaspi et à prix libre.  
Pierre, le chef cuisinier du jour, et Lionel, commis, servent le Bo Bun aux 34 clients, soit la pleine capacité du restaurant. Lyon, France, mardi 19 décembre 2023 © Pénélope Gualchierotti
Pierre, le chef cuisinier du jour, et Lionel, commis, servent le Bo Bun aux 34 clients, soit la pleine capacité du restaurant. Lyon, France, mardi 19 décembre 2023 © Pénélope Gualchierotti

 Soupe thaï aux crevettes, Bo Bun et crème de coco aux perles de tapioca composent le menu « vietnamien » des Petites Cuisines Perrache ce mardi 19 décembre. « On mange particulièrement bien dans cet établissement ! », s’exclame Chantal à table. Sept bénévoles se réunissent dès 9h30 pour cuisiner un repas pour trente-quatre personnes. Chaque jour sont servis des menus anti-gaspi, à prix libre, concoctés dans la bonne humeur. Créé en 2016, ce réseau de cantines à but non lucratif, permet à toutes et tous de tisser des liens avec un groupe intergénérationnel et socialement mixte. 

En France, le sentiment de solitude croît depuis la crise Covid. 29% des enquêtés français se sentaient souvent seuls en juin 2022 contre 19% en avril 2020, d’après l’Observatoire des vulnérabilités du Crédoc en décembre 2022. Cela s’explique notamment par la diminution de la fréquentation des lieux de sociabilité, mais aussi par le renoncement aux déplacements causé par l’inflation.  

Les Petites Cantines répondent justement à ces problématiques. 74% des convives ont davantage envie de sortir de chez eux depuis qu’ils viennent aux Petites Cantines d’après leur rapport de mesure d’impact social de l’automne 2023.  

 Manon, la « maîtresse de maison » et salariée, accueille les bénévoles ce matin-là dans les locaux de l’hôtel du Simplon autour d’une boisson chaude. La majorité des participants sont des habitués déjà convaincus par le concept. « Je reviens parce que l’équipe est sympa », lance le chef du jour, Pierre, bénévole de 72 ans. Il a choisi le menu, inspiré de ses voyages passés. Ni une ni deux, il prend les rênes de la cuisine, stressé de servir à temps.   

Magalie et Ludivine préparent le dessert constitué d’une crème de coco, de bananes et de perles de tapioca à l’occasion de leurs « journées solidarité ». Lyon, France, mardi 19 décembre 2023 © Pénélope Gualchierotti 
Magalie et Ludivine préparent le dessert constitué d’une crème de coco, de bananes et de perles de tapioca à l’occasion de leurs « journées solidarité ». Lyon, France, mardi 19 décembre 2023 © Pénélope Gualchierotti

« Ce sont les projets solidaires qui nous font tenir » 

« J’aime cuisiner, discuter mais je vis chez mes grands-parents où il y a une mauvaise ambiance ! J’ai besoin de venir ici une fois par semaine. », avoue volontiers Raphaël, 29 ans, musicien et pizzaïolo de temps à autre. Il se hâte de couper les champignons, surveillé par Pierre qui lui montre le résultat attendu. Lionel, entrepreneur en communication, se charge quant à lui de la cuisson des crevettes sur l’air de « It’s Beginning to Look like Christmas », plongeant la cuisine dans l’ambiance de Noël.  

Lionel, aux fourneaux, s’occupe de cuire les crevettes pour la soupe thaïlandaise au lait de coco. Lyon, France, mardi 19 décembre 2023 © Pénélope Gualchierotti 
Lionel, aux fourneaux, s’occupe de cuire les crevettes pour la soupe thaïlandaise au lait de coco. Lyon, France, mardi 19 décembre 2023 © Pénélope Gualchierotti

L’animation de l’atelier est gérée par Romane, 23 ans, en service civique aux Petites Cantines depuis le mois d’octobre. « Je cherchais une expérience qui mêle social et cuisine, indique l’étudiante en physique à l’ENS. Je me charge de gérer les problèmes interpersonnels, que tout se passe bien ! », ajoute-elle en râpant ail et gingembre sous l’œil attentif de Pierre. Ce dernier a été toute sa vie à la tête d’une entreprise d’import-export, chapotant treize employés, mais aussi chef à domicile durant un an, ce qui peut expliquer son naturel directif mais très sympathique en cuisine. 

Les caractères peuvent s’épanouir pleinement dans cette cuisine citoyenne et bienveillante. Selon l’enquête des Petites Cantines, 97,5% des usagers se sentent accueillis comme ils sont. « Nous vivons une époque difficile pour tout le monde et ce sont les projets solidaires, comme celui-ci, qui nous font tenir », explique Hélène, jeune retraitée de 66 ans vivant seule. Elle se charge de couper les oignons nouveaux, et Pierre lui répète de faire de plus petits tronçons. « J’aime rencontrer en faisant, ajoute-t-elle. Nous profitons du moment présent mais ne nous promettons rien ! » 

Dans la cuisine des Petites Cantines, Hélène, professeure à la retraite, s’amuse avec Romane, étudiante à l’ENS. Lyon, France, mardi 19 décembre 2023 © Pénélope Gualchierotti 
Dans la cuisine des Petites Cantines, Hélène, professeure à la retraite, s’amuse avec Romane, étudiante à l’ENS. Lyon, France, mardi 19 décembre 2023 © Pénélope Gualchierotti

Des valeurs de durabilité et de participation  

À 11h30, Ludivine et Magalie, salariées chez Sanofi, prennent le chemin des supermarchés environnants avec leur chariot brinquebalant pour récupérer les invendus de La Vie Claire et d’U Express. 6,9 tonnes d’invendus alimentaires sont collectées grâce à cela par le réseau des Petites Cantines chaque année. Éduquer à l’écologie est une volonté du réseau. C’est pourquoi les menus restent flexibles, s’adaptant aux invendus, et les restes de repas sont servis le vendredi soir lors d’un buffet salé-sucré. Chaque jour, deux bénévoles se rendent sur le toit de la gare Perrache pour déposer les déchets alimentaires du restaurant dans le compost des Jardins suspendus.  

L’entraide ne s’arrête donc pas à la confection du menu. « Tout le monde met la main à la patte » comme le rappelle Manon, salariée du lieu. Les clients sont invités à couper du pain, remplir les carafes d’eau, débarrasser et laver la vaisselle. C’est la philosophie des Petites Cantines. Toutefois, pour que cela fonctionne, ils ont besoin de nouveaux bénévoles, qu’ils peinent à renouveler. La fatigue se fait ressentir au sein de l’équipe. Pourtant, le réseau, déjà composé de douze restaurants, prépare l’ouverture des treize prochains. 

 

Les bénévoles d’une association d’ateliers de lecture pour les enfants se rendent aux Petites Cantines pour la première fois, emmenées par l’une d’entre-elles habituée du lieu. Lyon, France, mardi 19 décembre 2023 © Pénélope Gualchierotti
Les bénévoles d’une association d’ateliers de lecture pour les enfants se rendent aux Petites Cantines pour la première fois, emmenées par l’une d’entre-elles habituée du lieu. Lyon, France, mardi 19 décembre 2023 © Pénélope Gualchierotti

Pénélope GUALCHIEROTTI