C’est la quatrième année qu’Elvia Hodin, étudiante en troisième année dans l’école de cinéma lyonnaise « l’Arfis », suit le Festival Lumière. En plus d’assister aux séances, elle sera bénévole pour la première fois le temps d’une soirée. L’Ecornifleur est allé à sa rencontre, pour un bilan de sa première journée de festival.

Elvia Hodin pose avec son t-shirt et son badge de bénévole. Cette année, en plus d’aller aux projections, elle assurera jeudi soir l’accueil des festivaliers à l’UGC Astoria. © Pierre Petitcolin / L’Ecornifleur

« Les projections aux Halles Tony Garnier, c’est une ambiance très particulière. Il y a 4 000 personnes qui regardent le même film et qui réagissent » raconte l’étudiante avec passion. Elle ajoute : « là, avec le Covid, j’avais peur que ce ne soit pas la même chose. » Sa réservation étant l’une de celles ayant été annulées, Elvia Hodin n’a pas pu se rendre à l’ouverture cette année.

Peu importe, le festival commencera plus tard pour elle. Elvia se rend lundi 12 octobre à l’avant-première de l’Origine du Monde, réalisé par Laurent Lafitte, qui tient aussi le rôle principal. Il s’agit du premier long-métrage de l’auteur, inspiré d’une pièce de théâtre de Sébastien Thiéry. Après la projection, elle expose son avis sur le film pour son compte Instagram. « J’essaye de publier les critiques au lendemain des projections » explique-t-elle.

« Partagée entre le rire et le malaise »

« Le film raconte l’histoire d’un homme dont le coeur s’arrête de battre. Pour se sauver, il doit prendre en photo le sexe de sa mère » dit-elle pour résumer le scénario de l’Origine du Monde. Une histoire surprenante, qui ne l’a pas complètement convaincu :

Voir cette publication sur Instagram

FESTIVALS 🏆 L’origine du monde 〰️ 🇨🇵 2020 de Laurent Lafitte, comédie Résumé : Jean-Louis réalise en rentrant chez lui que son coeur s’est arrêté. Pourtant, il est conscient, il parle, se déplace. Est-il encore vivant ? Est-il déjà mort ? Ni son ami vétérinaire Michel, ni sa femme Valérie ne trouvent d’explication à cet étrange phénomène. Alors que Jean-Louis panique, Valérie se tourne vers Margaux, sa coach de vie, un peu gourou mais très connectée aux forces occultes. Et elle a une solution qui va mettre Jean-Louis face au tabou ultime… Avis : Je suis allée voir ce film en avant-première dans le cadre du Festival Lumière. Il faisait partie de ceux qui auraient dû être présentés à Cannes cette année. C’est le premier film du comédien populaire Laurent Laffite, adapté d’une pièce de théâtre. Je n’arrive toujours pas à expliquer dans quel état d’esprit j’étais en sortant de la salle : partagée entre le rire et le malaise. Le pitch est extrêmement surprenant. J’aime bien les films osés et plus particulièrement lorsqu’ils parlent des tabous de la femme, comme c’est mis en avant dans la première partie. Mais par la suite, j’ai été déçue car tout part en vrille et le réalisateur se permet tout et n’importe quoi. Dès qu’une action se déroule, on se dit « non, ça ne va pas arriver », et bien si ! Dans ce sens-là, le film reste calé « comédie » et nous n’avons pas de réelles surprises jusqu’à la fin. Le but des personnages reste le même, mais on se demande bien jusqu’où cela va aller. Il y a des moments où nous rigolons bien tellement la situation est invraisemblable et les protagonistes fous (et les acteurs formidables) !! Toutefois pas un film extraordinaire. À voir pour le fun. Note finale : 13/20 ⭐⭐ ASSEZ BON FILM #loriginedumonde #laurentlafitte #cannes2020 #festivaldecannes #vincentmacaigne #karinviard #helenevincent #acteurs #2020 #comédie #critique #avis #moviereview #moviecritic #filmcritic

Une publication partagée par Elvia H 🎬💄 (@cineelvia) le

Depuis 2016, Elvia Hodin alimente ce compte avec ses avis, pour ses quelques 2 800 abonnés. « Au début j’ai voulu faire une base de données des films que j’avais vus. Je publie aussi des photos de tournages. »

« J’ai écrit pendant le confinement »

En parallèle du festival, Elvia Hodin fait aussi la promotion de son film « Partir maintenant évite de courir. » Avant sa projection, elle avait rendez-vous aux studios de Radio Caladre, à Gleisé dans la banlieue de Villefranche-sur-Saone. « J’ai écrit le film pendant le confinement. Il parle du Covid, d’un groupe d’amis qui partent en voiture se mettre à l’abri » explique-t-elle. Le court-métrage, d’une quinzaine de minutes, sera projeté en public le 27 octobre au cinéma Bellecombe, dans le 6ème arrondissement de Lyon.

Ce projet est loin d’être un coup d’essai pour l’étudiante. Elle explique : « C’est mon dixième court-métrage ! Il est autoproduit, j’ai contribué, et avec un financement participatif auprès de mes proches et mes relations dans le cinéma. On a récolté près de 2 000 euros au total. » Alors qu’elle se voit productrice plus tard, elle portait plusieurs casquettes sur ce projet : « j’étais à la fois scénariste, productrice et réalisatrice » explique-t-elle.

Le tournage du film en juillet dernier s’est heurté aux contraintes du Covid. Elvia Hodin raconte : « Nous avons eu du mal à trouver des techniciens bénévoles, tout le monde était fauché. Par contre pour les acteurs, j’ai reçu énormément de propositions. J’ai pu vraiment choisir ceux que j’appréciais ». Trouver les lieux de tournage n’a pas été facile non plus : « Il nous fallait un open-space, pour une scène à la fin du film. Mais entre ceux qui étaient trop chers à louer, et ceux où les locataires ne voulaient pas laisser entrer une équipe de tournage à cause du Covid, nous avons essuyé au moins 15 ou 20 refus ! »