Partenariat avec Médiacités

En 2020, la première promotion du master « Datajournalisme et enquête » a collaboré avec Médiacités Lyon pour les élections municipales. Ils et elles ont analysé les résultats des élections municipales depuis 1977 pour mieux comprendre les équilibres politique de la métropole lyonnaise. Sur cette page, vous pouvez retrouver les liens vers les trois articles finalement publiés par Médiacités.

Grand Lyon : votre commune est-elle un bastion de gauche, de droite ou centriste ?

Carte des résultats des élections municipales de 2014 par commune dans la métropole de Lyon.

En partenariat avec Mediacités, les étudiant.e.s du master “Datajournalisme et enquête” du CFJ et de Sciences Po Lyon ont compilé et analysé les résultats des sept élections municipales qui se sont tenues dans les 59 communes du Grand Lyon depuis 1977… année où Gérard Collomb a fait son entrée au conseil de la ville de Lyon.

Pour lire la suite, rendez-vous sur le site de Médiacités (article accessible gratuitement).


Et si les électeurs avaient voté pour le Grand Lyon en 2008 et 2014 ?

Ces 15 et 22 mars, les habitants du Grand Lyon voteront deux fois : pour élire leurs conseillers municipaux – comme partout en France – et pour élire leurs conseillers métropolitains – comme nulle part ailleurs en France. Depuis que la communauté urbaine est devenue, en 2015, une « métropole à statut particulier » (en récupérant les compétences du département sur son territoire), le Grand Lyon est une collectivité à part entière avec une élection au suffrage universel direct pour désigner ses représentants. Ce scrutin par listes inédit se déroulera dans 14 circonscriptions créées pour l’occasion.

Nous nous sommes posé une question : et si cette élection avait déjà été en vigueur lors des précédentes élections municipales, en 2014 et en 2008, quelle tournure aurait pris le film de la politique locale ?

Pour lire la suite de cet article, rendez-vous directement sur le site de Médiacités (article accessible gratuitement).


Flambée des prix de l’immobilier : les chiffres de la Métropole de Lyon, commune par commune

Carte de l’augmentation des prix de l’immobilier dans la métropole lyonnaise.

Le seuil symbolique a été franchi. Début février, à la Croix-Rousse, un studio de neuf mètres carrés a été proposé à la vente à 95 000 euros, soit plus de 10.000 euros le mètre carré. Le montant reste exceptionnel, mais la tendance est réelle : fin janvier le prix moyen de l’immobilier à Lyon a franchi pour la première fois les 5600 euros le mètre carré. En pleine période électorale, le montant exorbitant du studio croix-roussien a aussitôt engendré son lot de réactions politiques. David Kimelfeld, le président de la Métropole et candidat macroniste dissident, s’est indigné en dégainant son slogan déjà scandé auparavant : il ne sera pas « le président des 10 000 euros le mètre carré ».

Résultat : plusieurs candidats à la Métropole ou aux municipales ont inclus dans leurs programmes des mesures pour freiner cette explosion des prix : encadrement des loyers, développement de l’office foncier solidaire, construction massive de logements sociaux… Il y a urgence à agir, préviennent-ils. Le phénomène ne date pourtant pas d’hier.

Pour lire la suite de cet article, rendez-vous sur le site de Médiacités (article accessible gratuitement).