Alors que Francis Ford Coppola est à l'honneur du Festival Lumière 2019, la rédaction de L’Écornifleur est passée à table pour tester a testé pour vous la recette des pâtes du Parrain.  Le plat est-il à la hauteur du film ? Notre critique cinémato-grastronomique. 

On ne présente plus Le Parrain, film culte de Francis Ford Coppola, narrant l’histoire d’une famille de mafiosi italo-américains, qui reprend tous les éléments distinctifs du genre : fusillades, assassinats, vendettas… et recettes de pâtes ! Cela vous a peut-être échappé, mais Coppola a glissé une recette de pâte dans le script de pâtes aux boulettes dans le script de son film. Elle est détaillée oralement au début du film par Peter Clemenza à Michael Corleone, respectivement interprétés par Richard S.Castellano et Al Pacino. Les hommes de Don Corleone sont alors attablés et discutent des affaires en cours.

Cette recette était pour Coppola l’occasion de rendre hommage à sa mère d’origine italienne, qui la lui avait transmise. Mais il s’agissait aussi de partager une recette avec le public : « Si le film était un flop, au moins les spectateurs auraient une bonne sauce spaghetti » aurait dit le réalisateur.

Curieux et gourmands, les journalistes de l’Écornifleur se sont dits qu’à l’occasion de la remise du prix Lumière à Coppola, ont voulu tester la recette. Notre façon de rendre hommage à Coppola. Moi-même amateur de l’Italie et de sa cuisine, je me suis porté volontaire pour préparer les pâtes. Si tout le monde était partants pour la dégustation je me suis retrouvé seul en cuisine.

J’ai donc repris la légende présentée dans le Parrain, en la réadaptant légèrement.

Il vous faut

Pour 10 personnes ( ça fait du monde, mais entre nous, vous avez déjà vu une mafia de moins de 10 personnes ? )

  • Une grande casserole
  • Une grande poêle
  • 1 kg de spaghetti
  • 500 à 900g de boulettes
  • 4 saucisses de Toulouse ( je vous avais dit que j’avais adapté légèrement )
  • 1 gousse d’ail
  • 300 g de sauce tomate
  • 15g de concentré de tomate
  • 30g de sucre
  • Du vin rouge, à l’envie
  • · Une pincée de sel

La préparation

  • Faites cuire les boulettes et les saucisses dans la poêle pendant 15 bonnes minutes. Pensez à bien aérer l’endroit où vous cuisinez, histoire de ne pas trop vous enfumer.
  • Une fois la viande cuite, coupez les saucisses en rondelles, et réservez les avec les boulettes au chaud.
  • Mettez la gousse d’ail épluchée dans la poêle, et laissez la dorer quelques minutes. Puis ajoutez la sauce tomate, le concentré. Laissez mijoter à feu moyen 5 minutes.
  • Ajoutez la viande, et laissez le tout cuire à feu doux 20 minutes, en remuant de temps en temps.
  • Rajoutez le sucre et le vin rouge.
  • Dans la grande casserole, faites chauffer l’eau. Une fois que celle-ci bout, mettez les pâtes. Respectez le temps de cuisson indiqué sur l’emballage.
  • Servez chaud, vous pouvez ajouter du poivre et/ou du fromage râpé dans l’assiette.
On dirait pas vu comme ça, mais c’est très bon. © Agathe Gouesmel

Le verdict

Tout la rédaction de l’Écornifleur était réunie pour goûter mon plat de pâtes aux boulettes. Mais j’avaisi aussi invité et aussi à quelqu’un qui s’y connaît veramente en pâtes : ma copine italienne, Carola. Avec elle, ce n’était pas gagné d’avance. D’ailleurs, quand je lui ai annoncé que j’allais lui faire goûter préparer des spaghettis avec des boulettes dedans, elle n’était pas très emballée : « Mais c’est dégueulasse ! Si tu me fais manger cette » américannerie », ça va me donner envie d’acheter un pistolet et de regarder le baseball», m’a-t-elle dit en italien avec un grimace. Elle avait insisté pour contrôler le temps de cuisson des pâtes: « Parce que vous les français, vous ne faites pas des pâtes, vous faites de la colle ! ».

Mais devant le plat de pâtes, Carola a été agréablement surprise. Et toute la rédaction de l’Écornifleur avec : la recette n’a fait que des heureux, et tout le monde en a repris. Mais le signe ultime que cette recette tient la route, c’est que ma copine m’a même demandé d’en refaire à la maison. Vous vous rendez compte de l’honneur ? Se faire demander des pâtes par une Italienne !

Dans un petit appartement du 7e, l’Écornifleur prépare sa vendetta… © Agathe Gouesmel

Cette recette est efficace parce qu’elle est simple. Longue, peut-être, mais simple. Il suffit de faire cuire de la viande avec de la sauce tomate. Rien de bien compliqué, mais le film le dit bien: la recette est pensée pour faire manger 20 mafiosi à la fois. Alors si un jour vous vous retrouvez à la tête d’une organisation criminelle et que vous devez nourrir vos complices, pensez à cette recette, et dites-nous ce que vous en avez pensé !

Elio Prophette